Tradeshift rejoint FRDM pour le lancement d’une app aidant à lutter contre l’esclavage dans les chaînes d’approvisionnement

L’approche de l’app constitue une véritable révolution en facilitant
pour un plus grand nombre d’entreprises l’adoption d’une position
proactive sur le trafic humain.

SAN FRANCISCO–(BUSINESS WIRE)–Alors que ce problème continue d’être un fléau pour les communautés
partout dans le monde, Tradeshift, le leader des paiements sur la chaîne
d’approvisionnement et des marchés, s’est associé à FRDM (ex
Made In A Free World) pour annoncer aujourd’hui des plans visant à aider
les entreprises à détecter à et réduire le trafic humain dans leurs
chaînes d’approvisionnement mondiales. L’app, développée par FRDM, et
intégrée sur la plateforme de Tradeshift, enrichit tout l’écosystème de
Tradeshift en permettant à toute entreprise sur la plateforme Tradeshift
de simplement activer l’app pour commencer à surveiller le trafic
humain. Pour de nombreuses entreprises, FRDM facilite grandement les
choses pour les partenaires internes, tels que les Directeurs du
développement durable, afin de persuader les directeurs de
l’information, les directeurs de la protection de la vie privée, et les
directeurs du marketing, de commencer à lutter contre l’esclavage dans
la chaîne d’approvisionnement, et à considérer cela comme un médicament
pour l’entreprise, dont la prise est essentielle pour la santé de toute
leur chaîne d’approvisionnement.

L’app, développée par FRDM, permet aux entreprises de créer de manière
proactive une détection précoce du risque de trafic humain sur la chaîne
d’approvisionnement. Elle fournit au réseau de chaîne
d’approvisionnement, innovant de Tradeshift la capacité la plus
exhaustive d’analytique de base de données sur le travail forcé, sans
que les clients aient à intégrer manuellement leur solution d’achat dans
la base de données. En tant qu’app, et ne nécessitant aucune
intégration, elle est facile à activer et à utiliser dès le premier jour.

L’app est spécifiquement conçue pour analyser les données d’achat,
éliminer les risques, et protéger les valeurs de l’entreprise, tout en
garantissant le respect des réglementations internationales. Avec FRDM,
les utilisateurs de Tradeshift peuvent tracer et surveiller les risques
sociaux à tous les niveaux de leur chaîne d’approvisionnement, depuis
les matières premières jusqu’aux produits finis. L’application combine
en effet les données du flux commercial mondial avec les détails
relatifs au fournisseur et à l’achat, de manière à fournir aux
entreprises une visibilité sur plusieurs niveaux.

« Nous fournissons une plateforme pour qu’une communauté d’entreprises
et de consommateurs soit en mesure d’acheter mieux grâce à l’utilisation
de FRDM », a indiqué Justin Dillon, PDG de FRDM. « Cette idée est née
en 2011, lorsque l’organisation que j’ai fondée s’est associée avec le
Département d’état américain pour créer la plateforme Slavery Footprint,
combinant les données sur les produits avec les données sur les achats
des consommateurs, afin de fournir les empreintes de près de 30 millions
de personnes dans le monde. En rejoignant Tradeshift, nous souhaitons
mettre ces outils à la disposition des entreprises les plus influentes
au monde. Les consommateurs, investisseurs et gouvernements attendent
une action des entreprises sur ce thème. »

Avec 16 millions
de travailleurs esclaves estimés
disséminés dans les chaînes
d’approvisionnement mondiales, la législation, depuis les États-Unis
jusqu’au R.-U., en passant par l’Australie, exige la transparence des
entreprises concernant leurs opérations, ainsi qu’un registre des
mesures adoptées pour lutter contre l’esclavage moderne dans leur
activité et leur chaîne d’approvisionnement.

« Aucune entreprise ne dit jamais que le revenu provenant de l’esclavage
est acceptable », a confié le PDG, Christian Lanng. « Pourtant, les
entreprises ne prennent aucune mesure, car conjuguer l’analytique avec
les décisions d’achat s’avère trop complexe. Nous pensons qu’assurer la
fluidité de cette étape n’est pas seulement une question de conformité
du point de vue des opérations commerciales, mais, plus important
encore, qu’il s’agit d’une problématique fondamentale d’ordre moral. Et
qui doit être résolue. Nous pouvons aider en ce sens, et ce partenariat
est la confirmation de notre engagement. »

À propos de Tradeshift

Tradeshift dynamise l’innovation dans la chaîne d’approvisionnement pour
l’économie connectée numériquement. En tant que leader des paiements
pour les chaînes d’approvisionnement et les places de marché, la société
aide les acheteurs et les fournisseurs à numériser toutes leurs
transactions commerciales, à collaborer sur tous les processus et à se
connecter à n’importe quelle application de chaîne d’approvisionnement.
Plus de 1,5 million d’entreprises réparties dans 190 pays font confiance
à Tradeshift pour traiter plus d’un demi-billion USD en valeur
transactionnelle, ce qui en fait le plus grand réseau commercial mondial
pour l’achat et la vente. Découvrez le commerce pour tous sur tradeshift.com.

À propos de FRDM

FRDM est une plateforme d’analyse du risque et de surveillance de la
chaîne d’approvisionnement, conçue afin de surveiller les risques
environnementaux, sociaux, et de gouvernance, au sein des chaînes
d’approvisionnement. FRDM est la seule plateforme proposant une
perception du risque de bout en bout, comprenant : les informations
essentielles, les produits, les catégories de produits, et les
fournisseurs. Les clients peuvent consulter le risque de leur entreprise
grâce à des visualisations intuitives des données et des alertes push
via le tableau de bord de FRDM. FRDM apporte une aide pour la gestion de
la réputation, la conformité réglementaire, et l’atténuation du risque
face à des problèmes tels que le travail forcé ou des enfants, au sein
des chaînes d’approvisionnement. FRDM aide les entreprises à mieux
acheter en créant un réseau de fournisseurs alignés sur leurs valeurs. frdm.co

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Dave Pedersen
Dave.Pedersen@tradeshift.com