Un rapport de la GSMA indique que des prix élevés de spectre laissent des millions de personnes sans connexion

La nouvelle étude met en corrélation les prix élevés et la lenteur des déploiements, la qualité réduite des réseaux et une piètre couverture mobile

LONDRES–(BUSINESS WIRE)–Les impacts négatifs des prix élevés des spectres sur les consommateurs sont indéniables, selon un nouveau rapport publié aujourd’hui par la GSMA au salon ITU Telecom World 2019. Intitulé “The Impact of Spectrum Prices on Consumers”, le rapport de la GSMA confirme que les pays avec des politiques spectrales inadaptées (qui gonflent les prix ou retardent les attributions), laissent des millions de personnes dans l’incapacité d’accéder à des services mobiles haut débit et confrontées à une qualité réduite du réseau.

“Les enchères de spectre ne peuvent plus être considérées comme des vaches à lait”, déclare Brett Tarnutzer, responsable des spectres à la GSMA. “Dorénavant, tout gouvernement fixant les prix du spectre de manière à optimiser ses recettes le fera en pleine connaissance de cause que ces enchères auront des répercussions négatives sur les citoyens et le développement de services mobiles. Nous disposons à présent de preuves irréfutables que restreindre la capacité financière des opérateurs à investir dans les réseaux mobiles affecte des millions de consommateurs.”

L’étude de la GSMA est la première à fournir des preuves tangibles d’un lien direct entre des prix de spectre élevés (et certaines autres pratiques de gestion des spectres) et des effets négatifs sur les consommateurs, comme la lenteur du déploiement des réseaux, la réduction de la qualité des services et une piètre couverture mobile.1 Conclusions clefs pour la période analysée (2010-2017) dans les pays développés et en voie de développement:

1. Dans les pays développés, les coûts élevés de spectre ont joué un rôle significatif dans le ralentissement du déploiement des réseaux 4G et ont réduit durablement la qualité des réseaux 4G;

2. Dans les pays en voie de développement, les prix du spectre étaient, en moyenne, près de trois fois plus élevés que dans les pays développés en rapport avec les recettes attendues. Dans ces pays, les coûts élevés de spectre ont ralenti le déploiement des réseaux 3G et 4G et ont réduit durablement la qualité générale des réseaux;

3. Dans les pays étudiés avec les prix de spectre les plus élevés, le réseau 4G d’un opérateur mobile couvrirait en moyenne 7,5% plus de personnes si le spectre avait été acquis au prix moyen;

4. L’agenda d’attribution des spectres a un impact significatif sur la couverture mobile. Par exemple, si un opérateur avait reçu un spectre 4G au moins deux ans plus tôt, la population couverte par son réseau 4G serait en moyenne entre 11 et 16 points de pourcentage plus élevée (toutes choses égales par ailleurs). Le déploiement des réseaux 3G a également été significativement retardé dans les marchés ayant attribué des licences de spectre avec du retard, avec des niveaux de couverture 3G jusqu’à 12% plus bas durant la période de déploiement dans ces marchés; et

5. La quantité de spectre attribuée aux opérateurs a eu un impact significatif sur la qualité du réseau. Durant la période d’analyse, 20 MHz supplémentaires de spectre 4G ont augmenté en moyenne les vitesses de téléchargement entre 1 et 2,5 Mops (soit une augmentation allant jusqu’à 15%).

“Ces conclusions ont de longues ramifications pour les gouvernements et les législateurs, tout particulièrement ceux comptant sur la 4G et la 5G comme catalyseurs d’une croissance économique et d’un développement durable”, ajoute Brett Tarnutzer. “Il est évident qu’à moins d’inverser la tendance alarmante des enchères coûteuses, des conséquences néfastes affecteront les consommateurs et le développement de l’économie numérique.”

Le rapport “The Impact of Spectrum Prices on Consumers” de la GSMA est disponible ici.

-FIN-

Notes aux rédacteurs

  1. L’étude de GSMA Intelligence est l’étude économétrique la plus détaillée jamais réalisée sur la tarification des spectres. Elle couvre plus de pays que les précédentes études (64 pays développés et en voie de développement), plus d’impacts sur les consommateurs (coût, qualité et portée des services mobiles) et étudie un éventail plus large d’explications potentielles pour ces impacts (ex. concurrence du marché, densité de la population, agenda d’attribution des spectres et autres).

À propos de la GSMA

La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier; elle rassemble plus de 750 opérateurs et plus de 400 sociétés appartenant à l’écosystème mobile au sens large, dont des fabricants de téléphones et d’appareils, des éditeurs de logiciels, des fournisseurs d’équipements, des entreprises internet et des organisations opérant dans des secteurs d’activité connexes. La GSMA organise également les MWC (Mobile World Congress), événements phares du secteur qui ont lieu chaque année à Barcelone, Los Angeles et Shanghai, ainsi que les conférences régionales Mobile Series 360.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site officiel de la GSMA à l’adresse www.gsma.com. Suivez la GSMA sur Twitter: @GSMA.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contacts avec les médias:

Pour la GSMA

Isobel Moseley

+44 (0) 207 067 0545

IMoseley@webershandwick.com

Service presse GSMA

pressoffice@gsma.com